See The World Through My Imagination

See The World Through My Imagination

À PROPOS

Dylan Merlos, informaticien, né il y a 28 ans à La Chaux-de-Fonds et habitant actuellement à Neuchâtel. Mon nom d’artiste c’est Didoulet.

Passionné d’image, de photographie et grand amoureux de ma région, j’aime transformer à ma guise ma ville et ses lieux emblématiques dans des décors fantastiques. Conscient de l’impact et de l’omniprésence des images dans notre société, je développe mon travail en autodidacte, cultivant mes projets et mes créations au fil de mes observations quotidiennes.

Cette passion a d’abord été cultivée avec la réalisation de projets personnels et s’est développée par la suite avec l’élaboration de « flyers » pour diverses discothèques de la région. Suite à un premier poste décroché dans le domaine de l’informatique, cette passion a été mise un moment de côté.

Cependant, le besoin de créer n’a cessé de m’animer. C’est pourquoi, cette activité a été reprise en tant que hobby. J’aime observer le monde d’une autre manière, en essayant de m’éloigner le plus possible de ce qui a déjà été réalisé, en cherchant continuellement des prises de vue, lumières et compositions différentes.

Ce concept de lier la photographie et le photomontage me permet donc d’atteindre cette originalité.

MATÉRIELS

BOÎTIERS

OBJECTIFS

DRONE

PC

MON TRAVAIL EN IMAGES

VIDEO BY CANAL ALPHA

ARTICLES DE PRESSE

Artiste montant, Didoulet expose à New Port Expo

 CONTENU PARTENAIRE  Les artistes du canton peuvent désormais s’afficher à New Port Expo. Chaque année, un invité différent aura la possibilité d’exposer ses œuvres durant le salon. Rencontre avec le premier d’entre eux: Didoulet.

Qui ne s’est jamais imaginé croiser une baleine en train de nager dans le lac de Neuchâtel? Ou encore Hulk et Superman se livrant un combat sans merci au-dessus du Stade de la Maladière? Personne? Dylan Merlos, alias Didoulet, oui. Depuis cette année, New Port Expo a décidé de libérer un espace long de 20 mètres, pour le mettre à disposition d’un artiste neuchâtelois.

Didoulet a inauguré cette formule à l’occasion de l’ouverture du salon vendredi passé. Habitué à réaliser des publications sur Instagram, il voit également cette opportunité comme un challenge. «Je n’avais jamais exposé mes créations en aussi grand», souligne-t-il.

Amoureux de science-fiction

Le Neuchâtelois ne doit son succès grandissant qu’à lui-même… Et aux réseaux sociaux. YouTube lui a permis d’apprendre en autodidacte. «Cette plateforme est comme la caverne d’Alibaba!» Mais c’est Instagram qui l’a placé sur le devant de la scène. Chacune de ses publications est un événement.

Amateur de photo, il désirait trouver une manière de se différencier de ses confrères. La solution était toute trouvée pour ce grand fan des dinosaures – il possède une réplique d’un squelette de tyrannosaure rex dans son salon – et de science-fiction.

L’employé du Service informatique de l’État de Neuchâtel (Sien) réalise ses œuvres en utilisant à la base des images de lieux emblématiques de la région. Sa passion pour les univers imaginaires et son amour pour la création interviennent ensuite pour leur apporter un côté extraordinaire. Le résultat est détonant. Dylan Merlos nourrit la part de rêve insoupçonnée qui est enfouie en chacun de nous. De son propre aveu, lui-même est encore «un grand enfant».

DE LOÏC MARCHAND

Le Joker à la gare de Neuchâtel

 ART  L’artiste neuchâtelois Didoulet a imaginé le Joker faisant exploser la place de la gare à Neuchâtel. Un joli clin d’œil à l’occasion de la sortie du film de Todd Phillips relatant la vie du personnage.

Boum! Visage blanc, chevelure verte, costard carmin, c’est bien le Joker, l’ennemi No 1 de Batman, qui danse sur la place de l’Europe en feu à Neuchâtel. Cette scène de guérilla est le fruit du travail de l’artiste Didoulet.

Postée sur son compte Instagram mercredi, le jour de la sortie du film de Todd Phillips qui retrace l’histoire du personnage, l’image rencontre un joli succès.

Les fans pourront voir le travail du Neuchâtelois à plusieurs occasions ces prochaines semaines, à NewPort Expo du 25 octobre au 3 novembre, à l’Arty Show du 31 octobre au 30 novembre à Neuchâtel et à l’Evolo’Jazz les 22 et 23 novembre à Cernier.

DE LGL

Nifff: l’artiste Didoulet transforme Neuchâtel en ville fantastique

 ARTS  Dragons, dinosaures et tornades ont décidé de s’abattre sur Neuchâtel. Dans le cadre du Festival International du film Fantastique de Neuchâtel (Nifff), l’informaticien Dylan Merlos, alias Didoulet, exposera ses montages photos fantastiques dans onze commerces de la ville.

Vous l’avez peut-être déjà vu sur Facebook ou Instagram: l’Hôtel de Ville de Neuchâtel en proie aux flammes et à la colère de Drogon, l’un des trois dragons de Daenerys, l’un des personnages de la série «Game of Thrones».

Mais rassurez-vous, le bâtiment n’a subi aucun dommage. Il s’agit d’un montage photo réalisé par l’informaticien Dylan Merlos, de son nom d’artiste Didoulet.

Douze tableaux

Sur l’initiative du Nifff et avec le soutien de la Ville de Neuchâtel, il exposera douze tableaux dans onze commerces de la zone piétonne. Ces images, qui présentent Neuchâtel comme vous ne l’avez jamais vue, sont à découvrir dès ce jeudi et jusqu’à la fin du festival.

L’exposition sera éventuellement prolongée de quelques semaines, selon l’envie des commerçants qui ont accepté d’accueillir une œuvre, a souligné, jeudi, Didoulet, dans un communiqué. La Ville de Neuchâtel a d’ailleurs reçu trois tableaux en guise de remerciement.

DE CLI

Où admirer les oeuvres de Didoulet

  • Grain d’Orge: The Lights of DuPeyrou
  • L’ornithorinque: The Bells of King’s Neuchâtel
  • Cavocado: Jurassic Lake
  • CofteArt Coffe: Storm in the Halls
  • Heidi.com: Space Tram Pury & Diesse’s Tower and The Basilic
  • Chauffage compris: Harbor Neuchâtel’s origami
  • Pump.it up: Back to the Red Church
  • Caractère bijouterie: The Time is Strange
  • Copyquick: The Fight against Relegation
  • Institut Bior: Journey to Hogwarts
  • Le French Paradoxe: Elephant of Neuchâtel canopy
Didoulet, l'art de jouer avec les images

Ses photomontages nous emmènent dans un univers parallèle… L’artiste Dylan Merlos, alias Didoulet, vient de lancer sa première exposition

Un artiste dans la Matinale: il fait beaucoup parler de lui depuis un peu plus d’une année sur son compte Instagram, avec ses images insolites où des éléments étranges font irruption au milieu de photos de la région neuchâtelois. Il s’appelle Dylan Merlos, et son nom d’artiste c’est Didoulet.

Sa spécialité, c’est donc la manipulation de photos. Alors qu’il vient de lancer sa première exposition chez Copyquick à Neuchâtel, il est venu nous en parler dans l’émission:

« Aller montrer des images de Neuchâtel sous d’autres angles, avec d’autres lumières et d’autres éléments fantastiques ajoutés, c’est quelque chose que j’aime faire et que j’aime montrer. »

Réécoutez l’interview de Dylan Merlos:

IL SE JETTE À L’EAU!

📸🛥🦖Nous vous avons déjà montré ses photomontages fantastiques de lieux emblématiques de notre ville, qui connaissent un grand succès sur les réseaux sociaux: Dylan Merlos, alias Didoulet, expose une partie de son travail ces jours chez Copy Quick. Ce jeune informaticien, domicilié en ville, passe ainsi pour la première fois du virtuel d’Instagram à des supports en toile. Ses tableaux sont à voir jusqu’à la mi-mai. Et si vous les loupez, il est possible que, cet été, vous croisiez ailleurs à Neuchâtel son t-rex, sa girafe ou son éléphant qui balance tendrement. Ici, il pose avec l’un de ses premiers travaux, un bateau en papier dans le port, avec un t-shirt en guise de clin d’œil de soutien à Xamax FCS !

Sur Instagram, un Neuchâtelois donne des allures fantastiques à sa ville

 ILLUSTRATION  Dylan Merlos, alias didoulet, réalise des montages d’inspiration fantastique et les publie sur Instagram. Son terrain de jeu: la ville de Neuchâtel.
Une pieuvre menaçant la passerelle de l’Utopie. Un hélicoptère survolant dangereusement l’hôpital Pourtalès. Un navire en papier aux côtés des bateaux dans le port de Neuchâtel. Sur le compte Instagram de Dylan Merlos, alias didoulet, la ville prend des allures fantastiques.

Cet informaticien de 26 ans a débuté la retouche photo à l’adolescence. «Cette activité me permettait de gagner un peu d’argent pendant mes études» relate-t-il. Ce n’est que récemment qu’il s’y est remis comme hobby.

Trois heures de travail

En moyenne, une image lui demande trois heures de travail. Il joint à chacune de ses publications une explication vidéo. Repéré par la ville de Neuchâtel le mois dernier, il a vu son nombre d’abonnés augmenter pour atteindre un peu plus de 800 abonnés.

Depuis août, il a publié une douzaine de montages sur son compte. Mais Dylan Merlos ne se fixe aucune cadence de publication. Sa prochaine création: un T-Rex au cœur de la ville…

DE JULIE KAREL

CONTACT

COPYRIGHT © 2019 DIDOULET | DYLAN MERLOS